Notre jeunesse qui bouge, tumultueuse, revendicatrice, votre n’est jamais nouveau.

Notre jeunesse qui bouge, tumultueuse, revendicatrice, votre n’est jamais nouveau.

On fait le point dans l’engagement des jeunes avec Laurent Deutsch, responsable activisme et education a toutes les droits humains chez Amnesty International Belgique Francophone ; Martine Clerckx, fondatrice et directrice associee de Wide ; et Felix Mailleux, co-fondateur de Kologa, projet permettant a des refugies d’integrer des collocations bruxelloises.

Mes jeunes d’aujourd’hui s’engagent plus

C’est a la se dГ©sinscrire de faceflow chance du festival Esperanzah!, festival tres engage, que nous nous sommes pose la question de l’engagement des jeunes tout i  l’heure. Sont-ils plus ou moins engages que des generations precedentes? La forme de un engagement a t’elle changee avec la revolution virtuel?

Martine Clerckx de Wide estime que des jeunes d’aujourd’hui sont plus engages: “On assiste a une forme d’affranchissement des engagements. Ce qui va etre determinant pour un jeune de nos jours, c’est l’action individuelle qu’il va porter i  l’interieur tout d’un groupe.” Les jeunes paraissent dans une logique de “moi-nous” explique Martine Clerckx. Vous devez qu’ils puissent retrouver quelque chose concernant le “moi”, le “je”. Ca va etre de la reussite, de l’epanouissement, un alignement avec ses propres valeurs. Ensuite, il leur faut quelque chose pour le “nous” qui habituellement se situe dans l’envie d’activer un changement positif Afin de la societe. Professeure a l’IHECS, Martine Clerckx a observe 1 changement dans le comportement des etudiants depuis 3-4 ans. Ils reviennent De surcroit qui plus est a des valeurs fondamentales: “Leurs interets vont de moins en moins vers nos marques commerciales. Ils se tournent Sans compter que en plus par des services publiques, les actions humanitaires environnementales, vers des start-up avec ou sans actions societales.”

Le sujet de l’indignation reste generalement J’ai premiere etincelle de l’engagement.

Pour Laurent Deutsch d’Amnesty International, bien demarre avec de l’indignation. Un coup l’etape passee, le jeune qui souhaite s’investir rencontre des fois de la peine pour tomber sur dans quelle cause y va s’engager explique Laurent Deutsch. “Pour un certain nombre de jeunes, les belles ONG seront desfois assimilees au “systeme”. Or ils ont justement une volonte d’emancipation par rapport a votre systeme-la.”

C’est une des raisons pour laquelle l’ONG Amnesty international estime qu’il sera tres important de bosser en partenariat au milieu des ecoles ainsi que soutenir les enseignants dans cela est l’education aux valeurs et aux droits humains. Laurent Deutsch explique que des eleves doivent se sentir concernes des le moins i?ge age: “C’est le fondement de cela fera qu’un jour des jeunes vont vouloir s’engager, que ce soit avec ou tout seul.” Pour arriver a concerner des jeunes Amnesty International cible des cas qui vont etre mis c’est parti en classes: “Nous identifions des individus en danger au monde, dont on sait qu’il pourrait y avoir votre processus d’identification avec des jeunes. Prenons l’exemple de deux jeunes enfermes parce qu’ils avaient fait 1 tag concernant 1 mur presidentiel pour denoncer le manque de liberte d’expression. Pour des cas tel ceux-la, je sais que les jeunes seront prets a se mobiliser pour leur venir en aide.”

Proposer une option concrete a 1 probleme existant

Felix Mailleux a fonde il y a des mois avec Samuel Halen le projet Kologa. Il expliquait dans Tendances Premiere les raisons de le engagement: “On voulait proposer une solution concrete a votre probleme existant dont on entendait parler la totalite des jours et qu’on ne pouvait nullement nier. On ne voulait jamais tomber au fatalisme. On voulait vraiment proposer une solution alternative, positive, simple mais qui peut avoir un impact global une fois mise a grande echelle.”

Kologa va permettre a des refugies d’integrer des colocations bruxelloises afin d’effectuer en colocation une opportunite de decouverte et d’echange interculturels. “On s’est rendus compte que beaucoup de colocations avaient envie de s’engager mais ne savaient nullement comment faire et du cote des refugies il y avait une envie de s’investir dans notre societe.”

Pour reecouter le dossier via l’engagement des jeunes dans la societe d’aujourd’hui, reecoutez le podcast ci-dessous.

Recevez chaque vendredi matin un condense d’info, de culture et d’impertinence.

Leave a Reply